Voyer, Marie-Hélène

MOURON DES CHAMPS

MOURON DES CHAMPS 9782925141150

21.95$

522614
9782925141150
Quantité
- +

Disponibilité: En main

Un fort souffle d’amour pour des générations de femmes oubliées

Mouron des champs dit l’histoire de vies dures et empêtrées, de destinées de filles de fermiers, de pauvresses du bout du rang, de mères travailleuses infatigables aux désirs corsetés. Revitalisant brillamment le vocabulaire des parlers populaires, Marie-Hélène Voyer fouille les lieux de vie familiaux où se resserrent l’emprise de la domesticité et la violence de la contention. Cette poésie profonde et tassée comme un pain de mie porte la voix des mortes et met en lumière les encagements du passé.

Mouron des champs, suivi de l’essai Ce peu qui nous fonde, est l’occasion pour la poète de revenir sur la disparition de sa mère, cette femme de cendre qui s’effondre, sur les ombres qui planent depuis l’enfance et sur l’affranchissement que permet l’écriture.

Un souffle d’amour pour apprendre à vivre.

il me faudrait tracer l’histoire / de mes vieilles vivantes / toutes leurs vies raboutées / elles et moi raccommodées / dans un livre / d’amertumes rieuses / et de joies sombres

Coup de 💙 de Geneviève
Je m’aventure rarement du côté de la poésie pourtant il y a tant à découvrir, comme, le fabuleux Mouron des champs de Marie-Hélène Voyer.
Ce recueil, divisé en courts fragments, fouille de fonds en combles les lieux de vie familiaux des mortes qui nous habitent encore.
Avec une oralité populaire presque chantante, Marie-Hélène fait revivre ces femmes, nos aïeules que nous portons toujours sur nos épaules.
Sa poésie est riche et dense et la mélancolie remplie d’amour qui traverse le recueil nous porte tout au long de celui-ci.

Mouron des champs est suivi de l’essai très intimiste Ce peu qui nous fonde, où l’auteure revient sur la mort de sa mère, tentant de s’affranchir des hontes et des non-dits du passé.