FABUREL GUILLAUME

Métropoles barbares : Démondialiser la ville, désurbaniser la ter

Métropoles barbares : Démondialiser la ville, désurbaniser la ter 9782369350996

34.95$

466302
9782369350996
Quantité
- +

Disponibilité: Épuisé

En 2014-2015, « l’acte III de la réforme territoriale » crée treize grandes régions et élabore un nouveau statut de « métropole » ; ces nouvelles grandes régions françaises, polarisées autour de leurs grands centres urbains, sont conçues pour peser dans la compétition urbaine planétaire, signant par là la reconnaissance institutionnelle et le renforcement d’un processus amorcé dans les années 1980 de reconfiguration et de marchandisation accélérée des espaces vécus. Cette , qui fait de la grande ville l’ultime lieu d’accumulation du capital, implique une expansion urbaine incessante et l’accélération des flux et des rythmes de vie. Transformant les métropoles en véritables firmes entrepreneuriales, elle a des conséquences internes (exclusion sociale et ségrégation spatiale) et externes (relégation et disqualification brutales des « périphéries ») génératrices de représentations de plus en plus négatives de l’urbain généralisé, voire de phénomènes croissants de désertion des villes.

Une multitude de résistances ordinaires impliquant la construction de nouveaux liens avec la terre émerge ainsi en marge des grandes villes, allant de la relocalisation de la production maraîchère à l’occupation de zones menacées par les grands chantiers d’infrastructures de la métropolisation. Ces « initiatives de l’alternative » et ces luttes, nous dit Guillaume Faburel, sont productrices de à travers leurs trois dimensions spécifiques : habiter, coopérer, autogérer. Elles seraient alors l’expression d’une « biopolitique mineure » de transformation sociale radicale, dont le souci de ménager la totalité organique du vivant, ses lieux et ses rythmes, et le désir d’organiser collectivement les conditions de l’autonomie pourraient bien constituer le socle d’une contre-société décroissante face à la barbarie des métropoles et à l’abîme socioécologique où elles nous précipitent.

Guillaume Faburel est professeur en géographie, urbanisme et science politique à l’université Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon. Il mène depuis vingt-cinq ans des travaux de recherche sur les enjeux d’environnement, les formes d’engagement et de vie, et sur les politiques d’aménagement, leurs effets sociaux, spatiaux et écologiques.