Georges Bataille

Littérature et le mal

15.95$

416487
Quantité
- +

Disponibilité: Délai de 4 à 6 jours.

«La littérature est l’essentiel, ou n’est rien. Le Mal - une forme aiguë du Mal - dont elle est l’expression, a pour nous, je le crois, la valeur souveraine. Mais cette conception ne commande pas l’absence de morale, elle exige une «hypermorale».

La littérature est communication. La communication commande la loyauté : la morale rigoureuse est donnée dans cette vue à partir de complicités dans la connaissance du Mal, qui fondent la communication intense.

La littérature n’est pas innocente, et, coupable, elle devait à la fin s’avouer telle. L’action seule a les droits. La littérature, je l’ai, lentement, voulu montrer, c’est l’enfance enfin retrouvée. Mais l’enfance qui gouvernerait aurait-elle une vérité ?»

G. B.