Fortin Jean-Louis

Gilles Vaillancourt, le monarque

Gilles Vaillancourt, le monarque 9782897610685

9.95$

466037
9782897610685
Quantité
- +

Disponibilité: Pas en main, délai de 5 à 7 jours.

PENDANT PRÈS D’UN QUART DE SIÈCLE, Gilles Vaillancourt a régné en roi et maître sur Laval, la troisième ville en importance au Québec. Réélu maire six fois de suite sans difficulté, le premier citoyen de la ville imposait le respect. Mais en coulisse, Vaillancourt tirait sans vergogne les ficelles d’un système hautement sophistiqué de corruption et de partage des contrats publics au moyen duquel il a volé des millions de dollars aux contribuables lavallois. En 2013, son arrestation sonne la fin de la récréation. Il plaidera coupable à des accusations de complot, de fraude et de corruption. Aperçu inédit de ce qui se passait réellement derrière les portes closes de l’hôtel de ville de Laval - parfois avec la complicité aveugle de la police et des gouvernements provinciaux -, Gilles Vaillancourt. Le Monarque expose un monde où les liasses de billets s’empilent et où chaque décision vise à satisfaire un réseau malsain d’entrepreneurs, d’ingénieurs et de collecteurs de fonds. Au terme d’une enquête approfondie et de nombreuses entrevues, les auteurs ont pu dresser le sombre bilan des quarante ans en politique de Vaillancourt. Leur ouvrage montre aussi les dessous de l’enquête policière qui a mené à son arrestation ainsi qu’à la rafle la plus spectaculaire de l’histoire de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) à ce jour.

JEAN-LOUIS FORTIN écrit pour Le Journal de Montréal depuis 2007. Il est chef du Bureau d’enquête depuis 2016. Spécialisé en politique municipale, il a entre autres couvert la commission Charbonneau et le premier procès de l’entrepreneur Tony Accurso, le seul accusé à Laval à avoir dû s’expliquer devant un juge.

SARAH-MAUDE LEFEBVRE est journaliste pour Le Journal de Montréal depuis 2011 et affectée au Bureau d’enquête depuis 2016. Elle est notamment à l’origine du dévoilement de plusieurs cas de ges­tion douteuse touchant la Ville de Brossard, et de la révélation des dépenses excessives et des tenta­tives d’intimidation au Syndicat des cols bleus de Montréal.