PATEL RAJ

COMMENT NOTRE MONDE EST DEVENU CHEAP

COMMENT NOTRE MONDE EST DEVENU CHEAP 9782081381889

34.95$

466324
9782081381889
Quantité
- +

Disponibilité: Délai de 6 à 8 semaines à prévoir.

« Cheap » ne veut pas simplement dire « bon marché ». Rendre une chose « cheap » est une façon de donner une valeur marchande à tout, même à ce qui n’a pas de prix. Ainsi en vat-il d’un simple nugget de poulet. On ne l’achète que 50 centimes, alors qu’une organisation phénoménale a permis sa production : des animaux, des plantes pour les nourrir, des financements, de l’énergie, des travailleurs mal payés...

Déjà, au XIV siècle, la cité de Gênes, endettée auprès des banques, mettait en gage le Saint Graal. Christophe Colomb, découvrant l’Amérique, calculait ce que valent l’eau, les plantes, l’or... ou les Indiens. Au XIX siècle, les colons britanniques interdisaient aux femmes de travailler pour les cantonner aux tâches domestiques gratuites. Jusqu’à la Grèce de 2015, qui remboursait ses dettes en soldant son système social et ses richesses naturelles.

Le capitalisme a façonné notre monde : son histoire, d’or et de sang, est faite de conquêtes, d’oppression et de résistances. En la retraçant sous l’angle inédit de la « cheapisation », Raj Patel et Jason W. Moore offrent une autre lecture du monde. De cette vision globale des crises et des luttes pourrait alors naître une ambition folle : celle d’un monde plus juste.

« Une grille de lecture brillante et originale pour comprendre les crises les plus pressantes de notre époque. » Naomi Klein, auteure de

« Un livre polémique, informé et mordant. »

Raj Patel

est économiste et enseigne à l’université du Texas. Diplômé d’Oxford, de la London School of Economies et de Cornell, il a quitté la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce pour se consacrer au militantisme.

Historien

enseigne à l’université de Binghamton (États-Unis) et a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’environnement et du capitalisme. Il a notamment forgé le concept de « capitalocène ».

Jason W. Moore