PELLETIER STEPHANIE

CE QUI BRULE BIEN

CE QUI BRULE BIEN 9782925142300

24.95$

529522
9782925142300
Quantité
- +

Disponibilité: En main

Stéphanie Pelletier habite sur le cinquième rang de Padoue. Un bout de rang égaré à mi-chemin entre Métis-sur-Mer au nord-est, Saint-Octave à l’ouest et Padoue au sud-ouest. Depuis le seuil de sa maison-terrier, elle raconte l’histoire réelle et rêvée de ce qui l’entoure. Son fils, né d’une entaille sur son ventre, écoute la mer dans un vieux bourgot. Le producteur laitier ne dort plus depuis des années, et les coyotes parviendront peut-être à ouvrir la porte d’entrée. Julie voudrait se perdre, mais le bon saint Antoine la ramène toujours à son mari violent. Annabelle a embouti l’orignal et leurs corps se sont mêlés. Au large, un grand feu brûle sur l’Avalon du Saint-Laurent. Ce qui brûle bien est une collection de contes merveilleux et de récits de vie créés originellement pour la scène. L’écriture de Stéphanie Pelletier y est impulsive, généreuse, crue comme les terres du Bas-Saint-Laurent. Dans l’instabilité du monde, l’autrice nous dit le courage qu’il faut pour continuer à imaginer..

Stéphanie Pelletier habite un mythique cinquième rang à cheval entre Padoue, Saint-Octave et Métis. Elle écrit des livres, des contes, du théâtre, de la poésie orale et des listes d’épicerie. Elle a collaboré à plusieurs revues (Moebius, Zinc, Québec Français, XYZ etc.) et collectifs (La disparition de Michel O’Toole, Douze histoires de plage, Poste restante etc.) Elle a publié le recueil de nouvelles Quand les guêpes se taisent en 2012 (prix littéraire du Gouverneur Général) et le roman Dagaz en 2014 aux éditions Leméac. On a également pu la voir sur de nombreuses scènes où elle interprète ses contes, récits et poèmes.

Coup de 💙 de Laurence

Recueil de textes écrits initialement pour la scène, Ce qui brûle bien réunit des personnages « accotés dans les failles du temps », entre la réalité et fabulation, autour d'« un grand brasier qui ne doit jamais s’éteindre » qu'ils alimentent à même les structures désuètes qui les étouffent.